Les joueurs de bingo auraient-ils vraiment mauvaise foi ?

La plupart des parieurs qui pratiquent le bingo en salle sont avant tout animés par le besoin de s’ouvrir vers les autres et au monde. Il serait dommage de croire que l’on s’ennuie dans ces endroits qui regorgent en vérité de personnes passionnantes qui adorent rigoler et faire des blagues. Pourtant, le témoignage d’une joueuse sur le site web du magazine féminin madmoiZelle laisse entendre que les adeptes du bingo en salle seraient avant tout de très mauvaise foi. Explication dans le suivant article…

Rigolade et mauvaise foi, un bien drôle de nappage

Certes les personnes âgées qui jouent au bingo le weekend sont de grands adeptes des petites vannes qui permettent instantanément d’apaiser l’ambiance, mais l’un des traits majeurs du joueur de bingo expérimenté ne serait autre que la fausseté ! Comment donc l’expliquer, alors que nos grands-parents ont d’habitude tendance à être des gens très éduqués, matures mais sont aussi en règle générale plus généreux que les nouvelles générations qui les précèdent ? Les parieurs qui se réunissent pour pratiquer leur divertissement dominical favori n’ont-ils pas l’air heureux ? Le responsable du tirage des boules lui-même ne tente-t-il pas régulièrement d’apaiser l’atmosphère à coup de blagues et de devinettes bon enfant ? Malgré tous ces facteurs qui devraient normalement inciter à la bonne humeur, une joueuse s’est confiée à l’équipe éditoriale de notre confrère madmoiZelle et aurait révélé les travers du bingo en salle.

D’après le témoignage de cette dame qui est elle-même joueuse à ses heures perdues, les véritables compétiteurs du bingo ne reculeraient devant aucune bassesse pour s’octroyer la victoire.

D’après le témoignage de cette dame qui est elle-même joueuse à ses heures perdues, les véritables compétiteurs du bingo ne reculeraient devant aucune bassesse pour s’octroyer la victoire. Certains osent même remettre en question le professionnalisme du croupier, notamment lorsque celui-ci refuse de contrôler leur carton. « C’est pas d’ma faute si l’aut’ derrière son micro y comprend rien ! », aurait même rétorqué un mauvais perdant la dernière fois que l’invitée aurait joué au bingo. D’autres tentent encore de désinvalider le carton plein de l’adversaire juste pour lui mettre des bâtons dans les roues ! Tous les coups sont donc permis pour rafler le pactole avant son concurrent !

Le bingo, un monde cruel

Tout porte à croire que l’univers du bingo en salle est véritablement impitoyable. Les concurrents sont prêts à tout pour parvenir à leur fin. Pour la majorité des personnes âgées, le bingo n’est pas qu’un simple loisir : c’est un vrai sport de combat, une question d’honneur, un ultime moyen de se révéler. Mais, après tout, l’antagonisme ne fait-il pas partie imminente de la vie ? Et même si les seuls prix mis en jeu ne sont que des crêpes au Nutella à un euro, un appareil à raclette ou une grosse cuisse de jambon salé, peut-être bien que le bingo en salle dominical de nos ainés en vaut la chandelle ?

La preuve : certains finissent tout de même par gagner et vivent pleinement leur heure de gloire, devenant ainsi le temps d’un après-midi le champion ou la championne de leur village. Finalement, le bingo en salle, ce n’est pas si mal que ça…